AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quels sont les impacts des pesticides sur notre santé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GAÏA Nature
Mycorhize
Mycorhize
avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: Quels sont les impacts des pesticides sur notre santé ?   Ven 20 Oct - 16:47

De plus en plus des aliments que nous consommons couramment contiennent d'infimes quantités de pesticides liés aux méthodes actuelles d'agriculture. Et, à l'exception des productions bio, ce sont tous les types de production y compris celles de nos jardin où nous abusons trop souvent des produits phytosanitaires (C'est, d'ailleurs, une source importante de pollution en Europe).

Mais quels en sont les effets ? Surtout si l'on intègre le fait que nous en consommons sur de très longues durées et de manière incidieuse...

Selon les données fournies par Jean-Marie Pelt, initiateur des recherches en écotoxicologie, les pesticides ont les mêmes effets sur l'organisme que les hormones femelles. En outre, ils se concentrent dans les graisses où ils s'accumulent de manière lente mais certaine. Les femmes, quant à elles, arrivent à s'en délester quelque peu puisqu'elles les transmettent aux Bébés lors de leur grossesse Suspect ...

La dernière étude parue à ce sujet, met en évidence le fait que 97% des lacs et rivières contiennent des dose plus ou moins importantes de pesticides.

La question se pose : "Est-ce que les méthodes de traitement de l'eau potable sont capables d'éliminer la totalité de ces éléments avant l'arrivée au robinet ?"

A priori, et selon J.M. Pelt, si l'on prend en considération ce que nous accumulons avec notre alimentation et l'eau du robinet, nous sommes exposés à de graves dangers.

En effet, l'année dernière, une étude sur le peuplement piscicole de la Seine à Paris a démontré que près d'un poisson sur deux est transexuel... (Et ce n'est pas le bois de boulogne Embarassed ). Il s'agit de mâles dont les organes génitaux se sont mués en organes femelle.
Il convient de préciser qu'en plus des pesticides, ces pauvres poissons sont victimes des hormones issues des égout et de l'urine des femmes qui prennent la pilule. Et oui, nos stations d'épuration n'éliminent pas tout, loin de là!!!

Autre exemple, au Danemark, l'analyse du sperme de la population masculine, démontre une baisse de parfois plus de 50% du nombre de spermatozoïdes contenus par rapport aux années 1960.

Peut être avons nous trouvé là, la future cause de l'extinction de l'espèce humaine ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lolox
Grain de pollen
Grain de pollen
avatar

Nombre de messages : 267
Age : 41
Localisation : Nancy - Laxou (54)
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Quels sont les impacts des pesticides sur notre santé ?   Jeu 9 Nov - 18:15

Bon, ben dans la série "Arriverons-nous encore à nous reproduire d'ici 50 ans ?!", je suis tombé sur un article, étayé par une espèce de spot de publicité, édité par Greenpeace.

Bon, dans mon cas, dans 50 ans, j'aurai 80 ans et je ne me fait aucun doute sur mes capacités reproductives à ce moment là Laughing ! Tout cela ne sera plus qu'un lointain souvenir... pale

Cependant, je vous mets un lien vers cette page, n'hésitez pas à y jeter un oeil cyclops , c'est très instructif :

Tout ce que vous n'avez jamais voulu savoir sur le sexe

Lorsque je vois le nombre de gens dans mon entourage proche qui doivent avoir recours à la procréation assistée, je me pose vraiment de sérieuses questions confused .
D'ailleurs, je suis assez surpris du manque de réaction vis à vis de sujet Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.nature.free.fr
Lolox
Grain de pollen
Grain de pollen
avatar

Nombre de messages : 267
Age : 41
Localisation : Nancy - Laxou (54)
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Quels sont les impacts des pesticides sur notre santé ?   Jeu 14 Déc - 14:56

Voici un article publié sur le site actu-environnement.com qui est une référence en matière d'actualités environnementales.
Celui-ci aborde le thème de lastérilité masculine liée à la pollution ambiante et fait allusion à la décision prise hier au sein de l'UE à propos de l'analyse de 30000 produits chimiques. On y mesure bien l'utilité de prendre garde à ce qui constitue pourtant notre environnement quotidien... Voici cet article :


La fertilité humaine est-elle menacée par l'environnement ?



En tant que présidente du groupe d'études parlementaires santé et environnement de l'Assemblée Nationale qui regroupe plus de 100 députés de tous les groupes politiques, Nathalie Kosciusko-Morizet, députée UMP de l'Essonne, organise chaque année une rencontre internationale sur un sujet de santé environnementale.

Après s'être intéressé à l'impact du bruit sur la santé en 2003, l'impact des pollutions chimiques en 2004 et l'impact des ondes électromagnétiques en 2005, le thème de la reprotoxicité (malformation et problèmes de stérilité) a été choisi cette année. La question posée est claire et nette : la fertilité humaine est-elle menacée par l'environnement ?
Ces rencontres qui s'attacheront, le mercredi 13 décembre, à faire le point sur les possibles effets de l'environnement sur le déclin de la fertilité et en particulier les conséquences de l'exposition aux substances chimiques, ont vocation à réfléchir, à alerter et sensibiliser sur des problématiques situées à la croisée d'enjeux de santé publique et environnementaux. Ces rencontres son notamment destinées à faire avancer sur des vides juridiques, a expliqué Nathalie Kosciusko-Morizet.

L'objectif affiché de ces rencontres consiste également à réunir les différentes parties concernées afin de faire le point et de débattre des études et des données scientifiques les plus récentes. Les meilleurs spécialistes européens (France, Danemark, Royaume-Uni) aux côtés de décideurs politiques, de hauts responsables en matière de santé publique et d'industriels, viendront donc demain à l'Assemblée Nationale débattre de ces problématiques parmi lesquels : pourquoi y a t-il plus de problèmes de stérilité ?

En effet, dans les pays industrialisés, le bulletin de santé de la reproduction humaine affiche des signaux inquiétants. Entre 25 et 44 ans, 30% des femmes déclarent avoir eu des difficultés ou échoué à avoir un enfant, a rappelé Nathalie Kosciusko-Morizet, citant une étude de l'Institut national d'études démographiques (Ined). Toutefois ces recours à la consultation sembleraient plus directement liés au recul de l'âge moyen de la première grossesse et aux modes de vie : consommation de tabac et d'alcool stress…
Mais c'est sur la fertilité masculine que la situation semble la plus alarmante : une étude danoise datant de 1992 faisait état d'une dégradation régulière de la qualité et de la quantité des spermatozoïdes depuis 1950. On est passé en Europe de 90 à 100 millions de spermatozoïdes par millilitre dans les années 50, à 50 à 60 millions par millilitre dans les années 90, a précisé le Pr. Spira, professeur de santé publique et d'épidémiologie à l'Université Paris Sud XI et chercheur à l'INSERM, faisant état toutefois d'une stabilisation relative depuis dix ans.

Selon le professeur, la gamétogenèse (production de spermatozoïdes) commence durant la vie utérine puis reprend à la puberté et toute modification subtile liée à l'environnement pendant ces phases peut avoir des effets non seulement sur la personne elle-même mais les générations suivantes.
Par ailleurs, une augmentation des maladies congénitales de l'appareil reproducteur masculin, une évolution du sex-ratio tendant à une plus faible proportion de garçon et une augmentation en France de 50% en vingt ans du taux d'incidence de cancer des testicules, ont été constatées. Or, des observations et expérimentations montrent que certains facteurs environnementaux pourraient être à l'origine de ces perturbations et pathologie, observées également chez différentes espèces animales sauvages : alligators, oiseaux, poissons invertébrés…
Parmi les facteurs environnementaux en cause, sont suspectés les produits organiques persistants (POP), les éthers de glycol ou autres substances soupçonnées d'agir comme des perturbateurs endocriniens et notamment les organochlorés comme les phtalates ou les phyto et myco-oestrogènes.
Ces substances sont présentes dans tous les milieux (eaux, air, sol) et, pour certains d'entre eux, rentrent dans la composition de bon nombre de produits de grande consommation tels que certains produits phytosanitaires de type pesticides et fongicides, certains produits à usage domestique du type cosmétiques, peintures, détergents ou certains produits manufacturés.

Pour déterminer avec plus de précision, les causes de la détérioration de la santé reproductive et les corréler à un éventuel impact de l'environnement, un observatoire épidémiologique de la fertilité en France a été mis en place par l'INSERM, l'Institut de veille sanitaire et l'Université de Copenhague.
Les premiers résultats d'une étude préliminaire* publiés en juillet ont permis de confirmer d'office l'effet néfaste du tabac sur la fertilité, le délai nécessaire à l'obtention d'une grossesse ayant doublé parmi les couples fumeurs par rapport aux couples où la femme était non-fumeuse.
La suite de l'étude, plus vaste, devrait se dérouler en 2007 et inclura un millier de coulpes suivis plusieurs années, ce qui impliquera de contacter 20.000 foyers. À l'issue de cette enquête, les chercheurs espèrent mettre en évidence d'autres facteurs environnementaux impliqués dans la détérioration de la santé reproductive humaine.

Dans ce contexte, la proposition de directive européenne REACH (Registration, Evaluation, Autorisation of Chemicals) dont le vote en deuxième lecture au Parlement européen est programmé la semaine du 11 décembre, est une des clés des questions que l'on se posent, a souligné Nathalie Kosciusko-Morizet. Cette directive extrêmement importante du point de vue de la santé environnementale a l'avantage d'exister mais n'est pas satisfaisante. L'information du grand public reste en effet limitée et beaucoup de substances chimiques très suspectes pourront continuer à être utilisées dans la fabrication de produits courants dès lors que les avantages économiques et sociaux de leur utilisation sont plus élevés que les risques pour l'homme et l'environnement et que leur utilisation est adéquatement contrôlée.

La clé réside aussi dans les modes de financements de la recherche. Pour améliorer les connaissances sur ces sujets, l'exposition aux produits chimiques doit être suivie dès la petite enfance et sur plusieurs générations. Or à l'heure actuelle, les modalités de financement sont mal adaptées aux études sur le long et très long terme, a expliqué le Pr Spira qui ne s'estime par ailleurs, pas catastrophiste mais bien rationnel.
Même s'il existe des outils au sein du Plan national Santé, comme un programme de recherche santé et environnement mené par l'agence nationale de la recherche (ANR) et un programme national de recherche du MEDD sur les perturbateurs endocriniens cela reste, selon lui, largement insuffisant. De plus, dans les pays du sud, il n'y a aucune réglementation, s'inquiète-t-il.

Dans l'attente, il semble donc appartenir au consommateur de porter une attention particulière aux produits qu'il acquiert quotidiennement, soit en les substituant (jouets bas de gamme, peinture fortement émettrice de composés organiques volatils - COV), soit en les supprimant totalement de son panier (désodorisant, produits phytosanitaires…) ou à défaut en respectant scrupuleusement les précautions d'usages (lave-glaces par exemple).

C.SEGHIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.nature.free.fr
Mathieu
Brin d'herbe
Brin d'herbe
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 38
Localisation : Méréville
Date d'inscription : 11/10/2006

MessageSujet: Re: Quels sont les impacts des pesticides sur notre santé ?   Sam 3 Fév - 6:46

La fertilité et la vie sont menaçées par les pesticides, fongicides, herbicides, insecticides... quelque chose qui vise à détruire le vivant ne peut pas être bon pour la vie... c'est pourtant con mais c'est pourtant vrai !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.nature.free.fr/Site/
fifille
Nouvelle bactérie
Nouvelle bactérie


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 26/01/2007

MessageSujet: Re: Quels sont les impacts des pesticides sur notre santé ?   Sam 3 Fév - 18:16

Mathieu a écrit:
La fertilité et la vie sont menaçées par les pesticides, fongicides, herbicides, insecticides... quelque chose qui vise à détruire le vivant ne peut pas être bon pour la vie... c'est pourtant con mais c'est pourtant vrai !

C'est vrai que c'est con! J'y avais jamais pensé...
Mais comment peut-on à notre petite échelle se préserver au maximum??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathieu
Brin d'herbe
Brin d'herbe
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 38
Localisation : Méréville
Date d'inscription : 11/10/2006

MessageSujet: Re: Quels sont les impacts des pesticides sur notre santé ?   Mer 7 Fév - 22:06

Difficile de se préserver, même en passent des heures à décrypter les étiquettes on ne peut jamais être sûr.

La pollution passe dans les nappes phréatiques, dans la pluie, dans les rivières... Une production garantie 100% "bio" ne pourra jamais garantir que ses produits n'ont jamais été au contact de pesticides. On peut juste dire qu'il y a (il faut l'espérer) moins de pesticides que dans un produit classique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.nature.free.fr/Site/
Lolox
Grain de pollen
Grain de pollen
avatar

Nombre de messages : 267
Age : 41
Localisation : Nancy - Laxou (54)
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Quels sont les impacts des pesticides sur notre santé ?   Mer 19 Sep - 0:32

Tiens, voici une triste occasion de ramener ce sujet à la surface.
Vous avez peut être suivi ces derniers jours l'apparition d'une polémique autour de pesticides chlorés responsables d'une véritable épidémie de leucémies, et autres cancers aux Antilles.

Dans l'imbroglio d'affirmations, et de contradictions scandaleuses qui font suite à la publication des résultats de l'étude du Professeur Belpomme mené sur la population des îles antillaises, on passe sous silence le fait que des familles de pesticides interdites aux USA depuis 1976 le furent en 1990 en Métropole alors cela n'est intervenu qu'en 1993 aux Antilles. Blink

Y aurait-t-il deux poids deux mesures avec nos DOM-TOM ?!

Outre cela, nous sommes au lendemain de la publication des premiers résultats de cette étude, et dès aujourd'hui, les industriels de la chimie ont sorti l'artillerie lourde, soit pour discréditer le Professeur Belpomme, soit pour minimiser l'étendue des dégats.

Je vous laisse en juger au travers de deux articles parus sur Yahoo-Actualités environnement :


Pesticides aux Antilles: un rapport évoque un "désastre sanitaire"
AFP
Par Par Christian CHARCOSSEY AFP - Lundi 17 septembre, 16h46

PARIS (AFP) - L'utilisation massive de certains pesticides a provoqué un "désastre sanitaire" aux Antilles françaises, selon un rapport, une situation jugée "très grave" par le ministre de l'Agriculture Michel Barnier.

Selon le rapport du cancérologue Dominique Belpomme, qui doit être rendu public mardi et dont l'AFP a obtenu une copie, les Antilles traversent "une crise extrêmement grave liée à l'utilisation massive de pesticides depuis de nombreuses années".

Pour le professeur, le taux des cancers de la prostate est "majeur" aux Antilles même si les scientifiques n'ont "pas encore la preuve épidémiologique" qu'ils sont "liés au chlordécone ".

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a tenté de relativiser la portée du rapport. Elle estime qu'il "pose des questions" et "n'apporte pas de réponse formelle". Ces "inquiétudes ont besoin d'être confirmées par des études scientifiques de haute qualité", a-t-elle ajouté.

Michel Barnier a expliqué que la situation était imputable à une gestion passée qui a "des conséquences sanitaires aujourd'hui", notamment sur la "qualité des terres", notamment des bananeraies.

"Nous traiterons la question du chlordécone avec la plus grande transparence", a assuré l'ancien ministre de l'Environnement, pour qui l'occasion se présente de replanter "avec peu ou pas de pesticide" et "d'aller vers la banane zéro pesticide".

Le PS a réitéré sa demande d'une commission d'enquête parlementaire pour faire "la transparence totale" sur l'utilisation des pesticides dans l'agriculture antillaise et ses conséquences. L'ancien Vert Jean-Luc Benhamias (MoDem) a dénoncé "un scandale effrayant".

Le chlordécone, un insecticide qui fait partie des pesticides organochlorés, a été interdit en France en 1990 avec une mise en application en 1992. Les producteurs antillais ont obtenu un délai juqu'en 1993, a déclaré à l'AFP Christian Choupin, directeur général des producteurs de bananes de Martinique et de Guadeloupe.

Depuis, le chlordécone, dont l'action dans le sol peut perdurer "une centaine d'années" reconnaît M. Choupin, a été remplacé par des "pièges à phéromones" qui attirent les charançons femelles.

Les stocks de chlordécone, que certains agriculteurs avaient conservé dans leurs remises, ont tous été détruits en 2002, assure M. Choupin.

Une autre produit, l'herbicide Paraquat, utilisé pour les planteurs et dénoncé dans le rapport, est interdit depuis cet été, rappelle-t-il.

Les producteurs antillais, qui réclament une "véritable" étude scientifique de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFFSA), se sont "insurgés" contre ce rapport qui n'a pas selon eux "de contenu scientifique".

"Je m'étonne du tapage sur ce dossier qui a été réglé au mieux de l'intérêt général", a indiqué de son côté Jean-Charles Bocquet, directeur général de l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP).

La production antillaise de bananes est en moyenne de 260.000 tonnes par an (210.000 en Martinique et 50.000 en Guadeloupe). Le chiffre d'affaires de la filière, qui emploie 15.000 personnes, s'élève à 220 millions d'euros auquel s'ajoutent des aides européennes d'environ 130 millions.

Le passage de l'ouragan Dean, le 17 août, a détruit la totalité de la production en cours de bananes en Martinique et de 50 à 60% en Guadeloupe.

Le Pr Belpomme a été l'initiative de "l'appel de Paris", en mai 2004, qui estime que "le développement de nombreuses maladies actuelles est consécutif à la dégradation de l'environnement".



Mais dans les heures qui ont suivi la publication du premier article, en voici un autre paru sur le site nouvelobs.com :


PESTICIDES AUX ANTILLES : "Aucun lien démontré" selon l'InVS
NOUVELOBS.COM | 18.09.2007 | 19:03

"La plus grande fréquence absolue du cancer de la prostate aux Antilles par rapport à la métropole peut être expliquée par l'origine ethnique de la population", estime l'Institut de veille sanitaire.

L'Institut de veille sanitaire (InVS) a relevé, mardi 18 septembre, "qu'à ce jour, aucun lien n'a été démontré" entre l'usage des pesticides aux Antilles et la santé des habitants, mais va renforcer sa surveillance pour détecter "toute conséquence potentielle" de la présence des pesticides organochlorés.
"La plus grande fréquence absolue du cancer de la prostate aux Antilles par rapport à la métropole peut être expliquée par l'origine ethnique de la population", déclare l'InVS dans un communiqué, en faisant référence à des travaux conduits aux Etats-Unis (sur des populations afro-américaines).
Quant à la diminution du nombre d'enfants par femme, elle "relève de bien d'autres causes que d'un impact sanitaire sur la biologie de la reproduction", ajoute l'InVS.

Seulement 3,3% des Martiniquais touchés selon une étude

Les résultats de recherches effectuées chez l'animal, mais aussi, dans le cas du chlordécone, chez l'homme, "dans une cohorte de personnes exposées massivement à la suite d'un accident industriel survenu aux Etats-Unis, ont révélé une toxicité principalement hépatique, neurologique et sur la reproduction". Mais il s'agissait "d'expositions beaucoup plus importantes que celles enregistrées aux Antilles", relève l'InVS.
L'Institut rappelle qu'il a publié en 2004 un rapport faisant le point des connaissances sur les dangers potentiels des insecticides organochlorés toujours présents dans les sols aux Antilles -bien que leur usage y soit maintenant interdit-, suivis de plusieurs analyses complémentaires en 2005 et 2006.
D'après les études menées, 3,3% de la population martiniquaise, soit environ 12.000 personnes, seraient "du fait de leurs habitudes alimentaires, au delà de la dose journalière admissible permettant de garantir l'absence d'effets sanitaires", résumait l'InVS dans un éditorial du Bulletin d'alerte et de surveillance Antilles Guyane de juillet 2006.

De nouvelles études sont en cours

De nouvelles études (Ti Moun et Karuprostate) coordonnées par l'Unité 625 de l'Inserm sont en cours, dont les résultats seront connus en 2008.
La première repose sur le suivi de 1.200 femmes enceintes du sixième mois de grossesse à l'accouchement et celui de 200 bébés jusqu'à l'âge de 18 mois. La deuxième s'intéresse aux facteurs de risque du cancer de la prostate. Une autre étude concerne la répartition spatio-temporelle des cancers en Martinique.



Alors, c'est sûr que rien n'est réellement démontré dans cette affaire, mais il ne faut pas jouer sur les mots. Un grand nombre de faisceaux convergent pour pointer ces fameux pesticides en tant que responsables de la situation sanitaire.

Déjà qu'un récent rapport remis au gouvernement m'a appris qu'il y avait moins de 1% des cancers qui pouvaient éventuellement être imputés à des problèmes environnementaux... applaudissement stupide
C'est vrai, tous ces polluants, ces fines particules, ces pesticides, que l'on respire, que l'on absorbe tous les jours ne peuvent pas être nuisibles à la santé.
Après tout, il y a bien des non-fumeurs qui meurent du cancer des ppoumons, mais bon... Il y a le tabagisme passif closed eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.nature.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quels sont les impacts des pesticides sur notre santé ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quels sont les impacts des pesticides sur notre santé ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment savoir quels sont nos talents ?
» Quels sont vos traits d'évitement?
» Quels sont les pays menacés de banqueroute?
» Et quels sont les livres que avez-vous détestés, vomis, honnis, abhorrés ?
» Quels sont mes droits face à un animal maltraité ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Environnement et développement durable : :: Environnement et santé-
Sauter vers: