AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'ascension du Donon le 14 Janvier 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lolox
Grain de pollen
Grain de pollen
avatar

Nombre de messages : 267
Age : 40
Localisation : Nancy - Laxou (54)
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: L'ascension du Donon le 14 Janvier 2007   Mar 16 Jan - 13:22

Si vous aimez la montagne, les Vosges, l'Alsace et la Lorraine, ce reportage est pour vous, si tel n'est pas le cas, je suis sûr que vous allez bientôt changer d'avis biggrin .

Diamnche 17 Janvier 2007, pris d'un ras le bol de la ville, de la plaine et de tout ce qui s'y trouve, avec un grand besoin de changer d'air, j'ai pris mon Hélène par le bras et je lui ai fait la surprise d'aller nous balader dans les "Vosges Moyennes". En fait, à la limite entre les "Hautes-Vosges" située au Sud, et les "Vosges du Nord" à l'altitude assez modeste.
Nous nous sommes donc rendu dans le Massif du Donon, que je connais bien pour y avoir une partie de mes racines.

Au départ de Nancy, le soleil nous motive et il fait bon, 8°C et pas de vent, ce qui donne une impression agréable au soleil. L'arrivée au col du Donon, au pied de la montée que nous allons effectuer en rando, et en photos pour vous, la température a chuté à 4°C et le vent est déjà sensible. Mais c'est pas grave, rien n'entravera notre motivation à prendre le bon air frais de nos montagnes.

Dès notre arrivée, nous remarquons que de nombreuses personnes ont eu la même idée que nous... "Ca promet" me dit Hélène qui rêvait de tranquilité !



Le départ se fait à 750 mètres d'altitude, et heureusement, parce que lors de ma préparation la randonnée, je n'avais pas prévu que la grossesse qui caractérise Hélène depuis plus de 3 mois allait ralentir notre progression. Je suis une canaille, puisque je n'ai même pas averti ma douce que nous allions en altitude... Mais bon, on ne se refait pas incertain !
Le temps est clair malgré le passage de quelques nuages, mais l'air n'est pas aussi limpide que ce que j'espèrait pour avoir une visibilité optimale sur les régions environnantes. Cela dit, on distingue (malgré la compression de l'image pour ceux qui n'ont pas l'ADSL) une partie du plateau Lorrain, ici en direction de Sarrebourg.

D'ailleurs, localement, l'humidité résiduelle nous permet de bénéficier de beaux effets de lumière que nous procure le soleil à travers les arbres :







Par ailleurs, au cours de notre ascension, nous constatons que la végétation n'a pas encore trop souffert du froid et que certains arbres sont prêt à entammer la belle saison dès le signal venu. Il faut reconnaitre que c'est extrêmement tôt dans la saison, surtout si l'on cponsidère que ces clichés ont été pris au delà de 800 mètres d'altitude.



Ce Hêtre a les bourgeons prêts à débourrer :



En nous élevant en altitude, nous prenons la mesure de la catastrophe que la tempête du 26 Décembre 1999 a représenté pour cette région aux fôrets luxuriantes avant cet évènement. L'ayant particulièrement bien connue, et aimée, avant ce "cataclisme" je suis toujours troublé de voir comment les futaies régulières (arbres du même âge et demême taille) se sont couchées comme des dominos :





Mais ce n'est rien comparé au spectacle qui nous attend une fois arrivés au sommet...
En attendant, le chemin qui nous y mène est parfois assez fréquenté, pentu mais agréable grace aux points de vue qu'il nous offre au milieu d'une fôret partiellement épargnée par la tempête.



Mon Hélène, très frileuse et vêtue de ma veste, sur les pentes du Donon :









Et le chemin est encore long, surtout que l'émetteur du Donon, qui couvre le Nord de l'Alsace et la Lorraine (radio france et télévisions), n'est que sur le sommet intermédiaire :



Mais heureusement, la montée est marquée par quelques pauses nécessaires à ma chérie pour reprendre des forces, et pour admirer les points de vue que nous offre la montagne.

J'adore ces paysages "multi-strates" comme je les appelle, lorsque l'on distingue différents arrières-plan. Ici, l'image est prise en direction des Hautes-Vosges que l'on apercoit, hélas, pas bien en raison de brumes et de nuages qui s'y accrochent :



Sur cette image, on voit les nuages qui se sont formées sur les hautes crêtes, lorsque l'air "chaud", qui escalade les versants, entre en contact avec l'air froid au dessus des sommets :



Là, le propos est beaucoup moins bucolique puisqu'il s'agit là de l'une des pages les plus sombres de notre hisoire. En effet, on aperçoit la stèle de commémoration aux victimes du camp de concentration, et d'extermination, du Struthof. Le monument est situé sur le site du camp où l'emplacement des baraquements reste visible. Ce fut le seul camp de ce genre qui fut installé sur le territoire français, et son caractère isolé dans ces montagnes où l'accès était interdit, a favorisé les sinistres dessins des concepteurs de ce lieu.

Voici une vue d'ensemble de la zone où se trouvait ce camp :



Et une vue plus rapprochée du site :



Mais nous n'allons pas nous étendre trop longtemps sur ce triste lieu, je ne suis, après tout, pas là pour vous faire un cours d'histoire.

Au fur et à mesure de notre ascension, les paysages se modifient et les points de vue se diversifient. Progressivement, la Hêtraie-Sapinière, qui occupe les versants, laisse la place à des formations proches de celles que l'on retrouve dans les fôrets boréales de l'Hémisphère Nord. Si quelques Hêtres et Sapins persitent, les Bouleaux, les Sorbiers de Oiseleurs, Alisiers Argentés prennent le dessus :



Et la plaine d'Alsace se dessine sous nos yeux. Sur ce cliché, les faubourgs des villes entourant Strasbourg sont visibles :



Enfin, nous arrivons à proximité du sommet, au pied de l'émetteur, sur le site Gallo-Romain du Donon. Ce site s'est développé très tôt à la faveur d'un plateau sommital favorisant l'installation des populations et des monuments rituels qui y trouvèrent place à travers les âges. En outre, la visibilité du site depuis des régions éloignées de plus de 100 Km et le caractère escarpé des versants qui permettent d'y accéder, en ont fait une place plus ou moins facile à défendre et stratégique (notamment lors de la première guerre mondiale durant laquelle la frontière Franco-Allemande passait par là). Aussi, à l'époque Gallo-Romaine, l'ensemble du pourtour du sommet était fortifié, et l'on peut encore deviner les escarpements induits par les anciens murs.

Voici un apercu des panneaux qui guident la visite du site :



Et voici le contenu (de couleur indigo et en italique) d'un panneau qui explique l'histoire du site :

"Le sommet du Donon culmine à 1009 mètres.
Cette hauteur qui domine largement les sommets voisins, est visible de fort loin. Ce sommet est aussi le gardien des deux cols, celui du « Haut Donon » à 700 mètres et celui d’ « Entre les deux Donon » à 800 mètres d’altitude, qui sont traversés par plusieurs voies antiques."


Le regard porte loin, et nous pouvons admirer l'ensemble du plateau Lorrain de Nancy au Pays de Sarrebourg, mais le temps brumeux nous empêche de distinguer les différents reliefs et les différentes villes ou villages :



Dommage que sur cett vue des faubourgs de Molsheim, en Alsace, on ne distingue ni strasbourg (et sa cathédrale) ni le massif de la Fôret Noire :



On voit également que l'on domine "Le petit Donon" malgré ses 961 mètres d'altitude :



"Ce promontoire naturel, fréquenté dès le néolithique (5000 à 2000 Av. J.C.), a servi de refuge temporaire à l’Age du Fer avant d’être aménagé en lieu de culte abrité par une enceinte à la fin de l’époque Celtique.
Largement développé par les Romains entre le I° et le III° siècle après J .C., le sanctuaire est principalement consacré, à cette époque là, au dieu MERCURE (Teutatès, chez les Gaulois). De nombreux édifices d’accueil et de culte y ont été construits, enrichis de stèles votives et de colonnes du dieu-cavaller JUPITER."


Le Grès Permien qui constitue la table sommitale du Donon est marqué par de profondes diaclases ouvrant de larges failles dans la structure qui offre aussi des possibilités d'abris. A ce propos, mieux vaut ne pas être là haut lors des viloents orages estivaux qui s'accrochent au massif. D'ailleurs, voici le refuge du néolithique, situé juste en dessous du Temple de Mercure :



"Ce site, abandonné à la chute de l’Empire Romain d’occident, fut délaissé jusqu’à sa redecouverte par des moines bénédictins à la recherche de la légendaire nécropole des premiers rois Mérovingiens. On leur doit les premières études sur le Donon.
Les fouilles archéologiques réalisées depuis les XVIII° siècle livrèrent de très nombreux vestiges, encourageant les archéologues à entreprendre les premières fouilles scientifiques dans les années 30. Fanny LACOUR a couronné ses recherches par la présentation de copies d’ex-voto sur le site. Elle a fait édifier également une reconstitution d’une colonne dédiée au dieu JUPITER au col du Donon.

Durant la première guerre mondiale, les Français ne furent maître du sommet que pendant une quinzaine de jours en Août 1914 ; les Allemands le reprirent et l’occupèrent ensuite jusqu’à la fin de la guerre. 400 soldats français et allemands trouvèrent la mort dans le massif du Donon."


Voici une vue d'ensemble du site, au sommet duquel se trouve le fameux temple de Mercure, reconstruit, en 1869, afin de marquer ce lieu de culte et d'y installer une espèce de musée :
(Notez qu'il manque une partie des maquettes qui, sur ce bloc de pierre, symbolisaient les édifices du site... Vandalisme !!!)





En voici une vue rapprochée, avec ma pomme, cheveux au vent, qui garde l'entrée : "Celui qui a des baskets, y rentre pâ..." Qui rigole



Comme il a été dit plus haut, nous sommes à 100 mètres d'altitude, mais les contraintes climatiques sont extrêmes étant donné la latitude à laquelle nous nous trouvons.
Ainsi, ces arbres, dont la forme en témoigne, ont bien du mal à pousser et se développer normalement :



Euh... C'est de quel coté l'Ouest d'après vous ?!



Et l'on comprend mieux pourquoi la tempête de 1999 a fait tant de dégats dans la région, à l'image de ce cliché qui me rappelle la désolation ressentie à la découverte de ce spectacle il y a quelques années déjà. Depuis, la plupart des grumes récupérables ont été dégagées mais cela n'en demeure pas moins impressionnant. Tout les versants exposés Ouest-Sud-Ouest ont été touchés, comme l'a déjà montré la photo du "Petit donon" :



Enfin, il est tard, le soleil descend à l'horizon, et il est grand temps de rentrer si l'on veut encore voir clair sur le chemin. Cependant, je ne peux m'empêcher de prendre, pour le plaisir, quelques clichés des derniers feux du soleil couchant :







Finalement, la balde valait le coup malgré la fraicheur qui régnait au sommet (autour de 2°C je pense). Mon Hélène qui râlait sur la fréquentation du site a tout de même reconnu que "c'était chouette mais fatiguant!".
Pff... Les femmes, elles ont toujours quelque chose à redire Wink2 !
fight Aïe, non, pas les dents... schtauss' grô

Sur le chemin du retour vers Nancy, les températures des fonds de vallée annonçaient déjà les inversions qui allaient avoir lieu le lendemain puisqu'il y faisait -2 à -3°C.

En bonus, voici quelques clichés pris le lendemain matin derrière chez moi, peu après le lever du jour, par des températures bien fraiches :





La terre qui se réchauffe au soleil est fumante :









Et voici, pris depuis les hauteurs, les sommet des stratus qui plongeaient la plaine dans la grisaille et des températures glaciales :



Voilà, j'espère que cette balade vous a plu autant qu'à nous...
N'hésitez pas à nous faire partager la découverte de vos coins Cool sunny smile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.nature.free.fr
 
L'ascension du Donon le 14 Janvier 2007
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Semaine du 15 au 21 janvier 2007.
» Semaine du 22 au 28 janvier 2007. L'arrivée de l'hiver.
» [Cinéma] L'illusionniste (de Neil Burger, janvier 2007)
» Semaine du 8 au 14 janvier 2007.
» Cruauté envers des chiens à Disraeli Paroisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les observations natures : :: L'environnement en photo...-
Sauter vers: